Restauration et entretien de la végétation des berges (Ripisylve)

Situées à la frontière entre les cours d’eau le milieu terrestre, les ripisylves sont des milieux riches et diversifiées dont les rôles et intérêts sont très nombreux:

  • Biodiversité et habitats naturels
  • Qualité des eaux
  • Lutte contre l’érosion
  • Prévention des inondations

Néanmoins, pour que les ripisylves remplissent entièrement leurs rôles une bonne gestion reste indispensable.

667

RAPPEL REGLEMENTAIRE

  • Droit du propriétaire riverain

- Propriété du lit (article L215-2 du code de l’environnement)

Le lit des cours d’eau appartient aux propriétaires des deux rives. Si les deux rives appartiennent à des propriétaires différents, chacun d’eux a la propriété de la moitié du lit, suivant une ligne supposée tracée au milieu du cours d’eau.

limite propriété

  • Devoir du propriétaire riverain

- Entretien de la végétation de berge (article L215_14 du code de l’environnement)

L’entretien de la végétation de berge s’attache à la propriété du lit du cours d’eau. Le propriétaire riverain est donc tenu d’entretenir la rive par des interventions dite « douce » d’élagage, de coupe sélective d’arbre afin d’assurer le bon maintien des berges ainsi que de préserver la faune et la flore qui y vivent.

Pour compenser  l’abandon de l’entretien des rives, la solution actuellement utilisés sur notre territoire est la prise en charge de ces travaux par les collectivités. Les collectivités peuvent intervenir à condition que les travaux aient été déclarés d’intérêt général par arrêté préfectoral. Cette déclaration autorise les collectivité à intervenir sur des parcelles privées pour entretenir et restaurer la végétation.

La végétation des berges doit êtres entretenue à travers des interventions sélectives et régulières de manière à obtenir une végétation diversifiée en âge, en essences, et en strates (arborée, arbustive, herbacées) capable de maintenir la qualité et les fonctions écologique de la ripisylve. La plupart de ces interventions sont des travaux forestiers qui reste sélectifs et dont l’objectif est :

  • de prévenir la chute des arbres qui peuvent présenter par la suite un danger (formation d’embâcle, érosion,…),

Ces interventions concerne les essences à enracinement traçant situées trop près du cours d’eau (peupliers, conifères principalement). Du fait de leur système racinaire, ils seront facilement déstabilisé sur des sols humide et par l’érosion du cours d’eau. Dans certains cas, des arbres fortement penchés qui risquent de se déraciner provoquant un arrachement des berges, des arbres morts uniquement s’ils risquent de tomber dans le lit du cours d’eau. Cet abattage ne doit pas être systématique car ces arbres offre des habitats indispensable pour la faune.

  • de favoriser la présence d’essences diversifiées et adaptées

Les essences à privilégier en bordure de cours d’eau sont les feuillus qui tolèrent un fort engorgement des sols et qui ont un réseaux racinaires profonds et dense permettant ainsi une bonne stabilité de l’arbre et un bon maintien des berges. De plus, elles offrent le maximum d’habitats pour la faune de ces milieux.

QUELLES ESSENCES SONT A PRIVILEGIER ?

L’Aulne Glutineux (Alnus Glutinosa)

Les Saules (Salix)

Ainsi que les essences d’accompagnements qui apprécies les sols frais et humide: Frêne commun (Fraxinus Excelsior) Erable sycomore (Acer Pseudoplatanus) Chêne pédonculé (Quercus Robur)

QUELLES ESSENCES SONT A PROSCRIRE ? 

Les résineux (Epicéa, Douglas, Sapin de Vancouver,…) : Peu stable Peuplier (Populus) : Peu stable Robinier faux-acacias(Robinia pseudoacacia) : envahissant

NB : Attention aux espèces végétales envahissantes (Renouée du Japon,Balsamine de l’hymalaya, Ambroise), des précaution doivent êtres prises pour ne pas favoriser leur développement lors d’intervention sur ces foyers.

  • d’assurer un rajeunissement de la végétation

De manière à obtenir un peuplement durable, il convient d’avoir une diversité au niveau des classes d’âge permettant le renouvellement de la ripisylve. Les techniques employées sont le recépage, les éclaircie de cépées,…

  • de gérer les embâcles

Un embâcle est un amas de débris végétaux formé dans le lit du cours d’eau le plus souvent formé suite à la chute d’un ou plusieurs arbres. Il peut entrainer un ensablement du lit, des érosions de berge, accroître le risque d’inondation en aval,… Néanmoins il constitue un habitat très favorable pour la faune aquatique et ne doit jamais être systématiquement enlever. Seuls les embâcle qui entravent les écoulements des eaux et la libre circulation des poissons sont à retirer. L’enlèvement des embâcles est recommandé seulement dans les cas suivants:

  • L’embâcle va d’une berge à l’autre,
  • L’érosion créée est très importante,
  • L’accumulation de sédiments fins en amont est trop important,
  • La migration du poissons est compromise,
  • L’embâcle se trouve en amont d’un ouvrage d’art ou d’un site soumis aux inondations.

La mise en place du Contrat Territorial Dore Moyenne va permettre une intervention sur environ 200 km de cours d’eau entre Courpière et Vertolaye. Différentes thématiques seront traitées (recul de résineux, lutte contre le piétinement boin, entretien de la végétation de berges,…) et permettront l’amélioration et la mise en valeur des milieux aquatiques.

Actions engagées

DSCN6139
Restauration et Prévention
Lire
IMG_0713-715HdrWeb
Restauration sur le ruisseau des Palles
Lire
Entretien sur le ruisseau de l’étang
Lire
Restauration – Débardage à cheval
Lire
86